Pour une épistémologie située : création littéraire et ethnologie

L’axe 1 du PSC de l’Ethnopôle consacré à l’histoire de l’ethnologie vise à proposer une autre histoire de l’ethnologie européenne, distincte aussi bien de celles conçues comme une généalogie de disciplines (le savoir antiquaire, l’histoire des mœurs locales devenue folk-lore…

0
(0)

L’axe 1 du PSC de l’Ethnopôle consacré à l’histoire de l’ethnologie vise à proposer une autre histoire de l’ethnologie européenne, distincte aussi bien de celles conçues comme une généalogie de disciplines (le savoir antiquaire, l’histoire des mœurs locales devenue folk-lore et ses dérivés nationaux, l’ethnologie du proche), que de celles, plus contextualisées, qui soulignent la prééminence du modèle naturaliste ou mettent en évidence les rapports entre l’émergence la discipline et le déploiement du « grand récit » de la Nation. Sans contester la valeur heuristique de ces modèles, Daniel Fabre a esquissé une troisième voie, certes proche de celle empruntée par George W. Stocking dans son History of Anthropology, mais divergente. Alors que ce dernier tend à ramener la « pulsion anthropologique » au souci de saisir et de comprendre l’Autre non-européen, l’anthropologue français la rapatrie en quelque façon, prenant en compte la façon dont les Autres du/chez soi, au plus proche, retiennent également l’attention. En outre il s’agit de situer la pratique ethnographique, dans sa relation avec les mouvements de la pensée, des sciences, des arts et des lettres. Face à la vaste perspective ainsi esquissée, le GARAE a plus spécialement pris le parti de sonder les affinités liant création littéraire et ethnologie. Depuis près de deux décennies, l’exploration suit son cours : après Savoirs romantiques. Une naissance de l’ethnologie et Le Moment réaliste. Un tournant de l’ethnologie, les autres chantiers s’ajoutent chemin faisant, épousant le mouvement de la recherche, ses interrogations. Déjà, le mouvement régionaliste y a trouvé sa place, et une question en entraînant une autre, les travaux entrepris ont laissé entrevoir celle que pourraient y occuper les littératures de l’imaginaire (la fantasy, le fantastique et la science-fiction). L’accueil, en octobre 2019, du fonds de l’Association des écrivains et artistes, vient d’ajouter à l’agenda de ce programme de longue haleine la littérature paysanne.

0 / 5. 0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *