Les variations Darwin

Un spectacle de Jean-François Peyret et Alain Prochiantz Mise en scène de Jean-François Peyret Avec : Mathieu Amalric, Marc Bodnar, Irène Jacob, Maud Le Grévellec, Marie Payen, Jean-Baptiste Verquin, Clément Victor Assistante à la mise en scène : Stéphanie Cléau…

0
(0)

Un spectacle de Jean-François Peyret et Alain Prochiantz
Mise en scène de Jean-François Peyret

Avec : Mathieu Amalric, Marc Bodnar, Irène Jacob, Maud Le Grévellec, Marie Payen, Jean-Baptiste Verquin, Clément Victor

Assistante à la mise en scène : Stéphanie Cléau
Lumières : Bruno Goubert
Musique : Alexandros Markeas
Scénographie : Nicky Rieti
Dramaturgie : Marion Stoufflet
Création costumes : Cissou Winling
Assistante costumes : Elisabeth Dordevic
Alexis Baskind et Benoit Meudic : réalisation informatique musicale
Thierry Coduys, Elsa Biston – la kitchen : dispositif électro-acoustique)
Agnès de Cayeux et Géraldine Bourgue (Web)

Sans préalable, forcément, Les Variations Darwin sont aussi le dernier volet de notre Traité des formes. Bien que proposée de concert par un homme de science et un homme de théâtre, cette aventure n’a jamais prétendu réconcilier les deux cultures, la littéraire et la scientifique, ni mettre un peu de finesse dans la géométrie ou de géométrie dans la finesse. Non, frotter notre théâtre à des fragments de discours scientifiques, jeter des bouts de science en pâture à la fiction, frictionner de la poésie d’Ovide avec un peu de biologie du développement (la Génisse et le Pythagoricien, créé au TNS en 2002), c’est à la fois considérer la poésie comme une forme plénière de connaissance et la connaissance scientifique comme un exercice de la poésie. Ceci aussi : un théâtre comme le nôtre, qui ne pose pas en principe qu’il est vivant, mais doit en apporter à chaque fois la preuve, un théâtre soucieux de ce que la science dit du vivant, ne pouvait qu’être fasciné par ce grand « inventeur » des formes que fut Darwin. L’épisode précédent, Des chimères en automne, montré à Chaillot l’an dernier, était en quelque sorte le « portrait du savant en hypocondriaque ». Darwin ne voulait pas que nous en restions là ; il s’est sélectionné à nouveau pour ce qui sera cette fois-ci davantage un « portrait du savant en artiste » (ou en poète ?). François Jacob dit qu’il y a un « style en science » ; de son côté Mandelstam écrit sur le style de Darwin. L’un comme l’autre, le savant comme le poète, nous invitent à voir en Darwin l’écrivain tout autant que l’homme de science. Notre théâtre n’est pas là pour vulgariser l’Évolution, – franchement, elle n’a pas besoin de nous pour ça -, mais pour nous ouvrir à l’imagination créatrice de Darwin, le Darwin artiste, capable de lire dans la partition de la nature les variations du vivant et de les écrire, et qui retrouve par-là les paroles d’Ovide chantant les formes qui changent dans les corps… « Métamorphoses, métamorphoses, métamorphoses », dit l’un ; « variations, variations, variations », répondit l’autre.

Jean-François Peyret et Alain Prochiantz

Chaillot – Théâtre national de la Danse, Cie TF2 – Jean-François Peyret, Théâtre National de Strasbourg – TNS

0 / 5. 0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *